• « effet du chien des Baskerville » Quand le stress devient mortel...

    Comme les occidentaux craignent le chiffre 13, Chinois et Japonais redoutent le 4. Ce n’est pas seulement une superstition sans fondement : des études très sérieuses ont en effet noté une surmortalité le 4 de chaque mois ! A San Diego, le sociologue David Phillips et son équipe de l’université de Californie ont vérifié que le stress provoqué par une croyance influe sur la mortalité cardio-vasculaire. Leurs conclusions donnent le frisson...

    Les auteurs ont recensé les certificats de décès de plus de 200 000 Chinois et Japonais, et de... 47 millions d’Américains morts entre janvier 1973 et décembre 1998. Résultat, ils ont effectivement relevé un pic de mortalité chez les Asiatiques, au quatrième jour de chaque mois. L’excédent de mortalité atteindrait même 27 % en Californie.

    Cette augmentation du risque de mortalité cardiaque est liée au stress occasionné par ces jours porte-malheur . Et le risque serait évidemment plus important chez les sujets souffrant de troubles cardiaques...

    Un stress extrême peut ainsi devenir mortel. Phillips appelle ce phénomène l’ « effet du chien des Baskerville ». Car dans l’oeuvre de Conan Doyle, Charles Baskerville est tellement effrayé par la légende de ce chien terrifiant, qui aurait tué ses ascendants, qu’il en succombe de saisissement...

    En conclusion, David Phillips souligne que « l’effet du Chien des Baskerville existe aussi bien dans la réalité que dans la fiction ». Il souligne enfin que le 13 du mois ne semble pas plus mortel que les autres jours. Un constat qui va au moins rassurer les occidentaux. Même si nos voisins d’Outre-manche soulignent à qui veut l’entendre que « tous ceux qui vivaient au 13ème siècle en sont morts »...

    Source : Destinationsanté.com

     

    Réagissez, Soyez le premier à commenter cet Article .

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique